Emoji-nation

03/01/2022

Je parlais il y a quelque temps du film Emoji Movie, film d’animation mettant en scène la vie des emojis dans nos téléphones. Et bien il semblerait que l’intérêt pour ces petits éléments graphiques suscitent toujours un certain intérêt puisqu’ils font l’objet d’un documentaire diffusé par Arte et disponible gratuitement sur YouTube, tout du moins à l’écriture de ces lignes.

À propos du documentaire

La naissance de ce documentaire est simplement issue du questionnement de son autrice, Stéphanie Cabre, qui les utilise tous les jours, sans pourtant connaitre leur histoire. Emoji-nation se structure ainsi sur ce questionnement en revenant logiquement en premier lieu par la création des emojis que nous connaissons, par Shigetaka Kurita. Puis il revient sur les raisons de leur succès, leurs designs, leurs caractéristiques linguistiques et sémantiques, la manière dont ils sont créés, et enfin un regard plus politique et plus large sur ces éléments visuels. Une part importante du documentaire est portée sur Unicode, qui est à la fois le réceptacle informatique des emojis, et également la norme qui les régit. Tous ces questionnements sont basés sur des interviews d’acteurs ayant un rapport particulier avec les emojis : créateurs, sémiologues, sociologues, membres d’Unicode, etc.

Ça vaut le coup ?

Et bien il me semble qu’Emoji-nation vaille le coup d’être vu, pour peu que l’on s’intéresse aux emojis au delà de leur simple aspect et de leur seule utilisation. Évidemment il s’agit d’un documentaire, on s’attend donc à ce qu’il nous informe sur les emojis, mais le sujet est abordé de manière large et on embrasse à la fois l’histoire et les enjeux contemporains de ces derniers. Le tout est vulgarisé efficacement, et laisse entrevoir des voies d’élargissement pour celles et ceux qui voudraient creuser le sujet. Les personnes interrogées sont diverses, n’ont pas forcément des opinions convergentes, tout en ayant des bonne raison de pouvoir parler le sujet. Je n’ai pas les compétences nécessaires pour donner un avis d’autorité, mais Emoji-nation semble faire preuve d’une rigueur journalistique digne de confiance, et donne suffisamment de cartes pour que le spectateur puisse entrevoir le spectre des enjeux liés à ces formes graphiques que l’on pourrait qualifier de banales et quotidiennes.

Pour ne pas être que dans le positif, j’ai néanmoins quelques retours critiques. Emoji-nation évoque, et c’est assez logique, beaucoup Unicode, en particulier son fonctionnement et comment sont créés de nouveaux éléments. Aussi il aurait peut-être été intéressant d’ouvrir sur les systèmes d'écritures et certains projets défendant l’inclusion de systèmes minoritaires, comme certains emojis liés à des minorités tentent d’être ajoutés. Dans ce cadre un petit détour par le Script Encoding Initiative, et des projets comme Decode Unicode, porté par Johannes Bergehausen, auraient pu aider à mieux saisir les enjeux sociaux et politiques liés à cette norme internationale, et qui vont bien au delà des seuls emojis. Le sujet de la politique est abordé, mais de manière assez discrète, et il n’est finalement pas fait mention directe d’évènements précis : le procès de menace de mort avec l’utilisation d’emojis pistolet qui a mené à une condamnation, et qui a été un des argument pour transformer le dit emoji en pistolet à eau. La transformation de l’emoji est expliquée, mais l’exemple du procès non, ce qui me semble dommage, car la porte était ouverte. Dans un autre temps la censure de certains emojis pourrait être montrée de manière plus directe, je pense ici à la censure de l’emoji représentant le drapeau Taïwanais, mais il ne s’agit que d’un exemple parmi d’autre. À ce titre Emojipedia, est une bonne ressource.

En une cinquantaine de minute Emoji-nation brosse un portrait riche et large de son sujet. Les enjeux sont posés clairement et de manière claire. La partie sur Unicode est abordée de manière simple, là où elle aurait pu être très technique, ce qui est très bien pour des personnes découvrant le sujet. Évidemment tout ne peut pas être dit, mais suffisamment de ressources sont évoquées pour que quiconque puisse aller plus loin. À voir donc, avant que ce documentaire ne soit retiré de la plateforme.


  1. Emoji-nation (52min), Stéphanie Cabre, Arte, 2021(source YouTube).
  2. The Emoji Code, Vyvyan Evans, Michael O’Mara Books, 2017.
  3. SEI (Script Encoding Initiative), Département de linguistique de l’université de Californie à Berkeley, États-Unis, depuis 2002 (source).
  4. Decode Unicode, Hoschschule Mainz, Mainz, Allemagne, depuis 2005 (source).
  5. “China’s Annual Emoji Censorship”, Keith Broni, Emojipedia.org, 15 juin 2021 (source).

The Emoji Movie

22/01/2021

Dans le cadre de mon Master j’ai écrit un mémoire qui s’intéressait aux icônes, indices et symboles dans l’écriture. De manière assez naturelle je me suis donc intéressé, le temps d’un chapitre, aux fameux emojis qui peuplent nos messages sur les réseaux sociaux notamment. Circonstance fortuite, un film d’animation centré sur ces emoji est sorti peu de temps avant. Ayant un fort a priori sur la qualité intrinsèque du film je l’ai donc boudé, en pensant qu’il n’apporterai rien à ma recherche. Plus de trois ans plus tard j’ai donc rattrapé ce film.

À propos du film

The emoji movie, en version française Le monde secret des emojis, est un film d’animation réalisé par Tony Londis, produit par Sony Production et sorti en août 2017 aux États-Unis et en octobre de la même année en France. Il engrange presque 218 millions de dollars au box office pour un budget initial de 50 millions, un score honorable donc. Du côté de l’appréciation du film les choses sont plutôt catastrophiques, tant du côté critique que public, avec un score sur Rotten tomatoes qui sont respectivement à 7% et 37%. Comme un pieds de nez, le consensus critique, en lieu et place d’un court texte, affiche simplement l’emoji 🚫, ce qui donne le ton. Et pour l’histoire ? Et bien le film se concentre du Gene, dit « Meh », puisqu’il représente l’emoji 😒. Ce dernier rêve d’intégrer le clavier emoji de sa ville de Textopolis, située dans l’application de messagerie d’un smartphone. Ce travail serait un moyen de prendre de l’importance dans la société et de peut-être l’emoji favoris de l’utilisateur. Dans ce monde, chaque emoji a une expression défini, un rôle prédéterminé, or Gene, contrairement à ses semblables est capable d’utiliser de nombreuses expressions. Cette particularité sera à l’origine son « app-venture » parsemée d’embûches dans ce monde qui le considère comme un bug à éliminer. Heureusement son ami ✋ (high five / tope-là) et une mystérieuse hackeuse nommée rebelle viendront l’aider à accomplir sa quête et à sauver le monde contenu dans le smartphone.

Ça vaut le coup ?

Clairement le film ne casse pas des briques. Techniquement c’est plutôt solide, mais il souffre de la comparaison avec les films d’animation surfant sur la culture pop qui avaient des directions artistiques ou des spécificités d’animation plus poussées tel que Wreck it Ralph ou le techniquement impressionnant The Lego Movie. Il surfe sur la vague de ces films qui depuis quelques années exploitent la culture pop/geek, avec plus ou moins de succès, comme l’avaient fait les deux films cités plus haut, Pixels, ou encore Ready player One. Côté histoire, et bien c’est une quête initiatique comme on en voit souvent : un jeune garçon qui cherche sa place dans l’univers, il se découvre une capacité particulière et celle-ci va le forcer à accomplir une série de taches pour comprendre qui il est et enfin s’assumer, clé pour pouvoir sauver le monde. Il sera aidé pour cela d’un side-kick rigolo et d’une femme à la fois belle, mystérieuse et puissante. Ensemble ils renverseront l’ordre établi et seront à l’origine d’un renouveau dans leur monde. Côté scénario certains choix des personnages sont là pour faire avancer, ou retarder l’histoire, par exemple plutôt que de contourner une application pour atteindre un objectif, comme il le feront ensuite, il vont devoir faire face à une épreuve en traversant un application. Ceci se révèlera inutile évidemment puisque qu’ils perdront du temps et en terme de la quête principale, repartiront d’un point antérieur. L’antagoniste principal est cliché, et on le détecte dès sa première apparition. Clairement on est pas là pour trop réfléchir, et c’est dommage, le fait que le film soit destiné aux enfants ne rattrape en rien cela.

Et pour ce qui est de l’apport sur les emojis ?

Si j’avais un vague espoir de pouvoir accéder à un sous texte qui pourrait critiquer notre société hyper connectée ou des apports sur l’histoire des emojis, je fus servi, mal. D’abord il y a les clichés éculés des troll représentés en geek boutonneux à cheveux gras, les spams qui ont des voix de femme qui ne font que parler sans arrêt, les jeunes tellement scotchés à leurs écrans qu’ils se bousculent faute de regarder où il marche. Ensuite le film est un pub géante. Certes cela reflète une forme de réalité, mais des allusions plus fines auraient tout aussi bien marché, voire des parodies de marques que tout le monde aurait pu identifié. Évoquons enfin le personnage de femme forte et libre qui cache un « secret » sur sa véritable nature, qui veut s’émanciper de son rôle prédéfini dans la société. C’est amené avec des gros sabots, mais je suppose que ça rempli la caution féministe de bon ton du film. Bref, le film ne fait pas dans la subtilité. Côté apport sur l’histoire des signes et des emojis tout est réglé en 3 scènes, une scène montrant des hiéroglyphes, un seconde scène ou il en est question de manière directe, un gag sur les émoticônes, ancêtres des emojis actuels qui sont représentés comme des personnes âgées. Et bien évidemment les blagues plus ou moins vaseuse avec l’emoji 💩 et autres combinaisons d’emojis qui doivent nous faire rire. Par contre peu de choses sur les emojis dont le sens original est détourné, qui auraient pu être glissées subtilement, ouvrant un lecture plus adulte : 🍑 + 🍆 = 💦 ? Évidemment, il n’est pas question non plus d’un moindre regard sur les questions de société soulevées par le biais des emojis, et les aspects politiques qu’ils peuvent invoquer. Je pense ici à la censure du drapeau taïwanais par pression chinoise sur les claviers des utilisateurs hongkongais (ici), ou encore la polémique sur l’apparition d’un soi-disant emoji anti LGBT (ici). Au delà de leurs formes simples, les emojis sont dans une certaine mesure des témoins des tensions sociales ou politiques de nos sociétés, cela aurait coloré le film de manière intéressante si ces thèmes avaient été évoqués en sous-texte.

Bref je n’ai pas loupé grand chose en l’écartant de mes recherches à l’époque de mon mémoire. Et si vous voulez apprendre des choses utiles sur les emojis en gardant un ton assez ludique, lisez The Emoji Code, de l’ancien professeur de linguistique Vyvyan Evans, aux éditions O’Mara Books.


  1. «The Emoji Movie», wikipedia.org source
  2. «The Emoji Movie», Rotten Tomatoes, source
  3. The Emoji Code, Vyvyan Evans, Michael O’Mara Books, 2017.